La pluie s’arrête et le déluge de buts commence :

Nous nous retrouvons à 16 joueurs malgré la pluie qui tombe drue en ce début de soirée.

Au moment même où j’arrive, la pluie s’estompe et s’arrête quasiment pour la soirée.

La chance continue de nous sourir en matière météorologique.

16 personnes donc qui sont réparties par Mickaël.

Nous jouons sur une moitié de terrain sur le synthétique.

 

La première période est dominée par l’équipe aux maillots multicolores. Une assez bonne occupation du terrain malgré des écarts croissants entre la défense, bien reculée, et le milieu bien offensif.

Sur la vitesse et la précision voire la forme de la première période, le score croit inexorablement en faveur des « sans chasuble ».

Jacques inscrit le premier but sur un plat du pied.

Egalisation, de la tête, par Romain. Suite à un corner tiré par Bastien. 1 partout donc.

Jacques marque de nouveau sur une  action avec des redoublements de passes.

Bastien égalise de nouveau suite à un corner. 2 partout.

Commence le percée inarrêtable des « Multicolores ».

But de la tête de Micka sur un beau centre de Jacques. 3 à 2.

But de Cris sur une passe en profondeur où il prend tout le monde de vitesse.

D’autant plus aisé qu’il est resté devant légèrement décroché des défenseurs adverses.

Si nous appliquions la règle du hors jeu, Cris aurait été hors jeu.

Mais, le même cas va se produire en seconde mi-temps en faveur de l’autre camp.

A un moment, cela s’équilibre. Après, c’est sur que dans l’esprit, cela devait être induit dans le comportement des joueurs.

Ultime but de la première période quand Johan marque à son tour. 4 à 2 à la pause.

Cette mi-temps est passée rapidement.

Les « chasublés » râlent suite aux buts encaissés qui proviennent notamment de contres rapides. J’ai envie de dire mais, pas que.

Certains mouvements ont été agréables à regarder et surtour certaines remontées de ballon ont été plus efficaces et mieux gérées. Ensuite, nous aurions du avoir un troisième but d’avance mais, Jacques, dans sa volonté de jouer et de faire jouer les autres, au lieu de tirer (avec le but vide devant lui) cherche à faire jouer ses partenaires qui ne feront rien de bon de ce ballon.

La plupart des joueurs n’ont même pas intégré ce geste, preuve du grand altruisme, comme un acte délibéré, conforme à l’esprit joueur que nous essayons d’entretenir.

C’est aussi pour cette raison que je le relate ici.

Jacques n’a pas voulu marquer alors qu’il en avait la possibilité et l’aisance technique.

Tu incarnes bien l’esprit dans lequel nous avions créé cette structure.

Et certains soirs de tension, d’énervement, de fatigue, il est parfois bon de rappeler les fondamentaux.

On est là avant tout pour s’amuser. Et si tout le monde s’intèresse au score , c’est aussi pour se challenger et conserver l’envie de jouer qui peut se déliter quand l’écart au score est trop grand.

 

Pas de changement d’équipe à la pause car les deux équipes semblent capables de rivaliser sur un pied d’égalité.

Si les « chasubles » posent plus de ballon, cela devrait leur sourire. C’est en tout cas l’analyse que nous faisons de la situation, avec Jacques, à la mi-temps.

La seconde période commence par une domination des « Jaunes et verts » (deux couleurs de chasubles ce soir).

Mais, Cris et Johan vont bénéficier de deux ballons de contre. Le score évolue à 5-2 puis, 6 à 2.

A ce moment de la partie, les « sans chasuble » possèdent un écart conséquent qui devrait les mettre à l’abri d’un revers.

 

C’est pourtant ce qui va arriver. Le changement s’opère petit à petit avec une baisse de régime, quasi simultanée, des « multicolores » et une montée en puissance des « chasublés ».

L’équipe des « sans chasuble » montre des signes de distorsion des lignes. Le milieu descend moins. L’arrière droit monte trop et oublie de descendre.

Les attaquants ne défendent plus lors de la perte du ballon.

Ainsi, inexorablement, les « jaunes et verts » vont remonter.

Cela commence par des frappes lourdes parce que nous défendons en bloc assez bas.

Buts suite à des tirs puissants par Romain puis, Daniel T.

Ensuite, Paul va marquer le premier de ses trois buts.

Le score est désormais de 6 à 5.

Jérémie de la tête dévie un ballon qui finit en cloche dans les buts. 6 partout.

Le moral a changé de camp. Les contres ne fonctionnent parce que les relances n’arrivent plus. Les « chasublés » récupèrent les ballons très haut.

Paul puis, Bastien puis, de nouveau Paul (pour un triplé) donnent la victoire par 9 à 6 à leur équipe.

Pour rappel le score a été de 6 à 2 pour finir par 6 à 9.

7 buts encaissés de suite sans marquer une seule fois.

Faillite défensive et collective. Chapeau à l’autre équipe qui a changé son jeu en jouant plus haut et en arrêtant de  trop porter le ballon et de balancer de grands ballons devant.

 

Voilà pour la soirée footballistique. Dès la fin de la rencontre, nous nous informons du résultat de France-Albanie et sommes circonspects en apprenant le score final de 1 but partout.

Comment est-ce possible ?   

A voir contre la Suède mardi prochain ce que cela donnera.

Sinon, pour rappel, le repas de cette fin novembre est prévu pour le 28/11.

Pensez à informer de votre présence ou de votre absence l’ami Régis.

Bonne semaine à tous.